Administration communale de Strassen
Centre culturel

Centre Culturel Paul Barblé

Le centre culturel est situé dans le coeur de Strassen et y est intégré à l’ancienne maison Barblé.

 

Le projet a pour but de revaloriser le centre de Strassen en y intégrant les relations piètonnes existantes et en recréant un parc et une place de village. A partir de la place inférieure située au niveau de la rue des Romains, le visiteur accède, via un foyer, la salle polyvalente (capacité annexes comprises 400-600 personnes) laquelle peut être ouverte à la place. Cette partie comprend toutes les annexes nécessaires à un bon fonctionnement soit une scène, des vestiaires, des remises, une cuisine professionnelle et des sanitaires (utilisé en commun avec la maison « Barblé »). Par un escalier, respectivement une rampe respectant les normes handicapées, le visiteur accède à la place supérieure située au niveau de la route d’Arlon. Cette place desserte la maison « Barblé », le Centre Spiren, la Brasserie et donne accès à la route d’Arlon. La maison « Barblé » regroupe une salle de musique, des salles de réunions, le dispensaire, des ateliers pour les arts plastiques. L’entrée du Centre Spiren sera déplacée dans le passage existant à partir duquel on accède directement à l’actuel rez-de-chaussée. Par ce passage, on accède également à la brasserie, animant la place supérieure. La maison « Barblé » et le Centre « Spiren » peuvent fonctionner individuellement ou conjointement selon les besoins. Le bloc « brasserie » regroupe une brasserie avec un restaurant et deux logements de service. La succession des places ainsi que le parc implantés sur la liaison piétonne – route d’Arlon, rue des Romains – a pour but de transformer ce terrain vague en un lieu de repos, de convivialité et de culture en plein centre de Strassen.

 

Surfaces

  • salles polyvalentes, réunions et annexes : 2.392 m2
  • logements : 340 m2
  • parkings : 352 m2
  • locaux techniques : 288 m2
  • bâtiment surface nette : 3.375 m2
  • surface du terrain : 9.960 m2

Historique complexe Barblé

Par vente publique du 16 avril 1882 au Café Reiff-Wagner à Strassen les propriétaires de la dite maison, les époux Nicolas SCHLEICH, cultivateur, et Madeleine LAHURE ont cédé la propriété au plus offrant, c'est à dire à M. Jean-Nicolas-Ernest BARBLE, ingénieur à Luxembourg, pour la somme de 11.500,- francs.

Le nouveau propriétaire, ingénieur de grande qualité, projeta et dirigea la construction du chemin de fer de Luxembourg à Remich, de Luxembourg à Pétange et du tunnel près de Hobscheid. De même en Roumanie le chemin de fer de Bucarest à Galath, en plus au Pays-Bas, la ligne du tramway de La Haye à Scheveningen et le tramway d'Oudenaarde en Belgique.

En 1881, à la tête de 16 luxembourgeois, ingénieurs et techniciens, il réalisa en Algérie, où les attaques des indigènes étaient chose courante et journalière, jusqu'en 1888 la ligne du chemin de fer de Mostaganem - Relizane - Tiaret, une ligne de ca 250 km.
Plus tard, de 1904 à 1914 il est devenu premier échevin de la ville de Luxembourg et y mourut le 28 septembre 1915.
Son fils, Pierre-Joseph-Ernest BARBLE, après ses études à Liège eut en 1882 son diplôme d'ingénieur des Arts et Manufactures. Il débuta à Namur dans la Manufacture de papier de M. LAMORT qui en même temps était le propriétaire de celle de Manternach. Peu après il fut engagé comme ingénieur auprès de la firme Paul WURTH ou il collabora à la construction de l'Usine de Differdange. En photographiant l’avancement des travaux de construction, il réussit une documentation adéquate, ce que fut tâche exceptionnelle au début de la photographie commercialisée.

Le 13 avril 1900 naquit son fils PAUL et par suite il quitta son emploi et s'établit comme ingénieur indépendant dans la propriété de son père à Strassen.

À Bertrange, près de la gare, pour avoir un accès direct au chemin de fer, il acheta un terrain pour ériger une fabrique et en arrière-pensée, de fonder une société d'exploitation. Mais comme le proverbe le dit, c'est seulement le provisoire qui dure.
Il resta à Strassen, sans fonder sa société prévue, et il fit construire en 1900 - 1901 un atelier de construction nommé " Ateliers Ernest BARBLE ", accessible par la route d'Arlon, de même par la rue des Romains. Les débuts étaient durs, mais peu à peu les commandes se multiplient. D'abord il contrôla ses chantiers avec une motocyclette " Peugeot " jusqu'en 1906 ou il acheta sa première voiture marque " Daracq " à Paris. En deux jours il la conduit de Paris à Strassen avec une vitesse maximale de 35 km/h.

En 1906 - 1908 il réalisa déjà de grands travaux, par exemple la charpente métallique de la centrale de Dudelange, l'ossature de la centrale électrique de Schifflange et deux fermes métalliques de grand poids, dont chacune d’environ 400 tonnes.
L'entreprise reçut le premier marteau riveur en 1911 et le premier chalumeau oxhydrique en 1912 pour couper les tôles. Le point culminant de l'entreprise est atteinte en 1912 - 1913 avec une équipe de quelques 80 ouvriers, une cantine pour les monteurs à Esch/Alzette et deux chevaux pour le transport. La voiture " Daracq " fut remplacée par une " Grégoire ".

En 1914 la 1ère guerre mondiale éclata, et pour l'entreprise ce fut un désastre. Faute de commandes de travail, le personnel se réduira par suite de 80 à seulement 8 ouvriers. Après la guerre de 1914 - 1918 la firme se rétablit lentement.

Le 13 août 1924 M. Paul BARBLE reçut son diplôme d'ingénieur à Liège et le lendemain 14 août il débuta dans l'entreprise de son père. Au début des années trente enfin une commande extraordinaire, la construction de 3 pylônes de 180 m de haut à Junglinster pour Radio Luxembourg. Le 16 août 1934 M. Paul BARBLE contracta mariage avec Emilie HEUERTZ, un mariage malheureusement sans enfants. Ensemble avec la firme Paul WURTH et l'ARBED-EICH en 1934 furent réalisées la charpente et les fenêtres métalliques de la nouvelle Maternité G.D. Charlotte sur la route d'Arlon.

Le 2 avril 1935 mourut M. Ernest BARBLE, le fondateur des Ateliers de Construction.

Deux ans plus tard la firme BARBLE érigea le pont Neyperg à Luxembourg - Gare. Surtout en Europe le chômage prend des dimensions catastrophiques malgré nos fêtes du centenaire de l’indépendance de notre pays en 1939, car le 1er septembre 39 éclata la 2ième guerre mondiale. Une seconde chute bouleverse l’entreprise BARBLE. Après l'invasion des troupes allemandes en mai 1940, stagnation des ateliers pendant des semaines. Après on fabriqua des installations d’abattoir pour une firme de Munich. Puis à cause de la pénurie d’essence on construit des gazogènes pour automobiles et des voitures agricoles à pneu. Après la guerre en 1945, suite à la bataille des Ardennes, la reconstruction du Nord de notre pays donne beaucoup de travail pour l’entreprise p.ex. le recouvrement provisoire des toitures en tôle, le renouvellement des conduites d'eau et des ponts sautés du chemin de fer.

En 1955 Radio - Luxembourg s’agrandit. Démontage de 3 pylônes de 180 m à Junglinster et montage de pylônes de 250 m. De même on a monté le pylône de 220 m de hauteur pour la télévision à Dudelange. En plus on a fourni pour Radio - Luxembourg :

en 1956 à Marnach 2 pylônes de 100 m 
en 1960 à Marnach 1 pylône de 220 m
en 1963 à Marnach 1 pylône de 100 m.


Entre-temps encore des travaux importants comme :

l’ossature métallique de la Gare d'Esch/Alzette
l’ossature métallique du nouveau Théâtre à Esch/Alzette
la toiture du Studio du nouveau Théâtre à Luxembourg-Ville
l’ossature métallique de la Maison Moderne à Luxemboug-Ville
le Hall d'accueil au Findel le Hall Omnisport de l'Institut National aux Sports au Fetschenhof
les réservoirs de carburant SHELL à Bertrange et beaucoup d’autres constructions.


Ensuite on fabriqua pour la firme YGNIS de Lucerne/Suisse des chaudières de grandes capacités (200.000 - 2.000.000 calories) qui sont installées à l'Hôpital d'Esch/Alzette, au nouveau Athenée à Luxembourg, au Château de Colmar-Berg, au Bâtiment Européen du Kirchberg, à l'Ecole Professionnelle de Limpertsberg, au Lycée Classique d'Echternach, à la Caserne de Walferdange, à la Mairie et à l'Ecole Primaire de Strassen etc, etc.

Monsieur Paul BARBLE a pris sa retraite en septembre 1969 et sa firme fut transformée en une société anonyme.

Dans la vie politique de notre commune M. Paul BARBLE a joué un rôle important. Comme membre du parti démocratique Bourgmestre pendant 18 ans, de 1946 à 1964, puis conseiller de 1964 à 1968 et échevin de 1968 à 1976. En sa qualité de président de " l'AMICALE " et grand cinéaste-amateur il a réalisé beaucoup de films d'évènements de notre localité.

Président de la Commission Culturelle et Sportive de 1970 à 1976 il a contribué largement à la vie sociale et culturelle de notre commune. Cet homme laborieux et consciencieux mérite de nous tous un grand merci et une sincère reconnaissance !

Vers la fin de l'année 1978 l'échevin Roger GALLION, ami personnel de Monsieur Paul BARBLE, après de longs pourparlers a réussit enfin à convaincre celui-ci de céder sa propriété à la commune de STRASSEN. L'évaluation du complexe Barblé par l'ingénieur-géomètre Roger SCHWARTZ du 4.2.1979 comprenant maisons, ateliers et jardins d'une surface totale de 100,84 ares s'éleva à 28.000.000,- francs.

Suite à quelques discussions entre les deux parties, Monsieur BARBLE a remis les clefs au bourgmestre Fernand DERNEDEN sans toutefois avoir signé un accord écrit. Peu après, le 15 février 1979 Monsieur Paul BARBLE est décédé dans son domicile à Strassen, quelque temps avant la vente définitive.

Un compromis de vente fut signé le 28 mai 1979 par le collège échevinal, Mme Emilie HEUERTZ, veuve Paul Barblé et Mme Berthe BARBLE, sœur du défunt. Une délibération en date du 29 novembre 1979 le conseil communal sollicite l'autorisation d' acquérir la propriété BARBLE au prix de 28.000.000,- francs pour des raisons d’ utilité publique. Sur proposition du Ministre de l'Intérieur le Grand-Duc Jean a signé son accord au Palais de Luxembourg, le 12 mai 1980.

Dans la séance communale du 12.08.1992 un plan avec devis concernant la construction de logements et d'un foyer de jour pour personnes âgées au montant total de 236.000.000,- francs sont votés avec 6 voix et 4 abstentions. À partir du 01.01.1994 une nouvelle équipe politique dirige les destins de la commune.

L'implantation au terrain BARBLE de l'ensemble résidentiel pour personnes âgées ne convient plus au besoin des demandeurs. Trop étroit pour une extension ultérieure, on a décidé le 08.02.1995 de placer cet ensemble sur un terrain plus vaste au lieu dit " In der Riedgen ". Enfin le 12.07.1996 l'approbation d'un devis avec les plans de l’avant-projet du " Centre Culturel Paul BARBLE " élaborés par les architectes Marc DIESCHBOURG et Fernand KRIER sont votés avec 7 voix contre 3 voix et 1 abstention. Le projet définitif avec devis estimatif d'un montant total de 206.744.344,- francs y compris TVA et honoraires d'architectes et d'ingénieurs, sont votés dans la séance du 05.02.1997.

Les travaux sur chantier ont commencé le 22.09.1997 et l’inauguration de ce complexe a eu lieu le 07.04.2000.

 

Les ateliers de construction Barblé